Une petite pause pour revenir en force !

 

Je me sens obligée de faire un petit update car à mon grand étonnement, je reçois beaucoup plus de visiteurs qu’auparavant et il y en a même qui ont décidé de me suivre! Well, merci infiniment car sincèrement, je fais ce blog par plaisir d’écrire même si je sais que je n’ai pas le contenu le plus excitant du monde !

Je suis présentement en bataille depuis quelques semaines avec des signes et symptômes douteux, que je crois être des effets secondaires de médicaments que je prends. C’est la première fois que cela m’arrive aussi intensément et je suis présentement en mode survie: j’essaie de suivre le rythme au boulot et c’est à peu près ça. Tout prend le bord en ce moment ou presque: ma mise en forme, mes hobbys (potager en décrépitude par manque de soins) et mon blog. Je me sens un peu comme ce hamster:

tenor (2).gif

L’avantage est que je dépense peu et réussit à suivre mon budget. Je vais revenir en force le temps d’arranger mes désagréments. Entre-temps, j’essayerais de préparer des articles sur ce que je fais à la maison pour économiser et ils sortiront probablement des mois en retard, mais bref, voici pourquoi je brille par mon absence en ce moment.

Publicités

Économiser: mettre en conserve de la sauce tomate

Rien n’égale la sauce tomate maison. Vraiment! Après en avoir cuisiné, je ne veux plus rien savoir des sauce tomates en conserve du commerce. De plus, la sauce tomate est faite avec des conserves fraîches, sans additifs (hormis du jus de citron) et de produits locaux. En tout, ça me revient à max 1.50$ du pot d’un litre, un peu moins cher qu’en épicerie, mais avec un goût supérieur.

Je suis allée chercher des tomates à 34 sous la livre à la Ferme chez Mario. Mais, il y en a également pas cher au marché des Jardiniers(Laprairie) ou au marché Jean-Talon! En tout, je me donnais le défi de transformer 100 lbs de tomates, en plus de celles qui étaient mûres dans mon potager (environ 7-10 lbs).

img_1483

Je vous le dit d’avance, si vous êtes seul et que vous n’avez pas de moulin à coulis électrique, ça va être bien des heures de travail car il faut peler les tomates puis les passer dans un moulin manuel pour enlever les pépins. Perso, pendant 2-3 ans, je n’avais pas de moulin à coulis. J’ai coupé mes tomates en dés sans les peler et je les ai mis au robot direct. La texture de la sauce n’est pas la même mais chez nous on est pas difficile et ça faisait bien l’affaire.

Puisque je commence à prendre l’habitude de faire ma sauce tomate à l’année, j’ai acheté l’ensemble KitchenAid pour faire ma sauce tomate. Un investissement à long terme vu le prix du bidule et que j’ai déjà la dite machine. Sinon, j’aurais investi dans ce truc qui fonctionne à la main.

Je me suis levée tôt un samedi et avec la radio à fond, j’ai commencé à faire ma sauce! J’ai  lavé les tomates puis je les ai coupé en quartier et je les ai passé dans mon moulin.

img_1484

Quand j’avais assez de sauce, je la versais dans mon chaudron. Il faut s’assurer de mettre les tomates au fur et à mesure dans un chaudron chaud afin que la sauce soit toujours en ébullition sinon votre sauce fera de l’eau dans l’assiette. J’ai tenté de repasser une deuxième fois les pépins et la pelure dans mon moulin mais ça faisait trop forcer mon moteur et faisait bloquer les conduits… Ce fut le compost qui fut bien content de recevoir les restants.

img_1485

Une fois que vous avez passez toutes vos tomates ou comme ici, que j’ai outrepassé les limites de mon chaudron, vous faites réduire votre sauce. Comme je voulais une sauce épaisse, j’ai fait réduire de moitié pendant quelques heures.

img_1486

Suivez les instructions claires de ce blog pour mettre en conserve votre sauce tomate. Puis, admirez le travail achevé. Ouvrez un pot de sauce tomate quelques semaines plus tard vu que juste l’odeur de la sauce vous écœure tellement vous en avez fait ;).

img_1487

Transformer mon 100 lbs de tomates m’a pris environ 1 jour et demi de travail. Puisque j’étais dans un trip de conserves, j’en ai profité pour canner 20 livres de haricots jaunes (à l’autoclave). Les couvercles blancs sont de marque Tattler. Ils sont réutilisables mais chers à l’achat; je recommande d’acheter les couvercles en métal pour débuter.

Cette sauce nature peut être utilisée pour tout.. Sauce à spaghetti, chili, etc. Un ingrédient de base primordial dans ma cuisine ! C’est vraiment un bonheur d’ouvrir un pot en plein hiver, ça vaut les efforts requis.

Potager: août 2017

L’été commence à tirer à sa fin et le potager est à son apogée depuis quelques semaines. L’an passé, j’avais beaucoup plus de temps à y consacrer et je trouve que mon potager produisait plus. Quoique, nous avons eu un été sous les normales de saison, ce qui n’a pas aidé au jardin. Malgré tout, je réussis tout de même à avoir de belles récoltes et ce n’est pas terminé!

Tout d’abord, je me prépare à l’automne ! J’ai semé quelques variétés en terre. Ici, des carottes en pleine terre à côté de mes plants de basilic et haricots:

img_1472

J’ai également semé beaucoup de variétés dans des semis en mottes. J’attends que l’espace au potager pris par les tomates/haricots soit libéré pour les planter. Ici, j’ai des choux chinois, épinards et salade:

img_1470

Si j’attendais avec impatience mes tomates, elles sont belles et bien arrivées ! Les tomates cerises sont un incontournable dans mes lunchs et salades tandis que les tomates italiennes attendent leur tour pour être transformées en sauce.

img_1471

img_1479

img_3884img_3885

Leçon apprise cette année: ne jamais partir en week-end de camping sans cueillir au préalable les zucchinis, même si les courges sont petites. Elles deviennent facilement des monstres !

 

img_3846

Ouaip, j’avais trop de difficulté à me prendre en selfie car elles étaient trop lourdes.

Les courges, elles, vont très bien et étonnamment, je n’ai pas besoin de les polliniser. Si je n’ai presque pas d’araignées comparé à l’an passé au potager, les abeilles sont de retour ! J’ai deux énormes courges butternut et quelques plus petites et mignonnes.

img_1475

img_1474

Les scarabées japonais sont toujours une plaie et dévorent mes arbres fruitiers ainsi que mes haricots à rames, malgré un piège mis en place. L’an prochain, je vais devoir prendre l’habitude d’aller les capturer à la main, matin et soir.

img_1473

La mineuse est également PARTOUT dans mon potager et vient gâcher mes plants de bette à carde. Il y en a tellement, qu’elle a tout tué mes semis extérieurs que j’avais fais le mois passé! J’ai décidé d’attendre un an avant de replanter des betteraves/bette à carde au jardin; comme j’ai planté de la bette à carde dans tous les recoins du jardin, la mineuse a pondu ses œufs dans tous mes bacs. Inutile de replanter son plat favori l’an prochain!

img_1478

Les haricots nains sont sans contredit l’un des légumes les plus productifs cette année. Je n’arrête pas d’en cueillir à chaque semaine, même si j’ai espacé mes semis aux deux semaine de juin à juillet ! J’ai un peu plus de 6 livres de cueillies jusqu’à présent et ce n’est pas fini ! Si mère nature coopère, je peux m’attendre à cueillir ces haricots encore immature dans quelques semaines.

img_1477

J’essaie également de garder des semences d’haricots à rame Lazy Housewife, un plant assez productif s’il n’est pas à moitié mangé par les scarabées japonais.

img_1480

Bref, je suis quand même satisfaite de ma deuxième année au potager mais j’espère que l’an prochain, j’aurais un peu plus le temps de m’y consacrer. Cette année, j’ai passé trop de temps au boulot donc je vais tenter d’avoir les vacances scolaires et vraiment m’impliquer dans mon hobby saisonnier! Il y a encore de nombreuses variétés que je veux tenter, tel que le céleri, le panais et le poireau.

La saison du potager n’est pas encore finie car j’ai bien hâte de (mieux) protéger mes plants rustique en septembre-octobre et avoir une récolte j’en décembre!