Un Noël minimaliste et sans tracas

Ça y est, le sapin est monté, je fredonne sans arrêt des chansons de Noël et le temps des Fêtes approche à grands pas.

Cette année, je vis cette période sans stress. Je vis un Noël minimaliste et sans tracas !

Pourquoi?

De un, j’ai réitéré ma demande à mes proches de ne pas se donner de cadeaux cette année. L’an passé, j’avais passé pour le Grincheux chez moi; j’avais offusqué certains membres de ma famille car je ne voulais pas recevoir de cadeaux, ni en donner. Bah devinez quoi? TOUTE ma famille embarque dans cette idée cette année. Les seules exceptions à la règle sont les enfants, et comme il n’y a aucune marmaille du côté de Sorcière Frugale, je n’ai aucun cadeaux à acheter ! Je peux vous dire que je suis contente de pas aller m’entasser dans les centres d’achats et qu’évidemment mon portefeuille est content.

Du côté de mon amoureux, nous n’avons qu’un neveu à gâter. Mon conjoint lui a trouvé un jouet sur amazon lors du Black Friday. Ça se résume à nos achats pour les cadeaux. UN seul cadeau par enfant, pas dix. Il ne nous aimera pas plus anyway. 

Non, les cadeaux n’ajoutent pas à ma joie intérieure. Jouer une partie de carte autour d’un verre de vin, oui. Ou juste être contente d’être réunis et se dire qu’on s’aime. Ou revoir de vieux films collés collés. Je pense faire plaisir à mon conjoint et lui demander de revoir True Lies, un film complètement stupide et américain mais qu’il adore (moi, j’ai un faible pour la Belle et la Bête). Et ça coûte bien moins cher !

img_4061

De deux, moi et mon conjoint allons travailler dans le temps des Fêtes. Oui, je suis supposée être enseignante et avoir un mois de congé aux Fêtes mais j’ai décidé de prendre une pause pour quelques sessions et de retourner dans mes vielles pantoufles d’infirmière. C’est clair que de travailler à Noël et au 31 décembre, ça me coupe des festivités et diminue mes dépenses. Ça, je ne m’en réjouis pas trop mais c’est la réalité de mon métier. Au moins, notre couple travaillons sensiblement les mêmes journées et pourrons fêter intimement avec la famille après le temps des fêtes.

De trois, je ne sais pas si je vais m’acheter une robe de Noël ou pas. Je remet la même chose année après année. Et, la cheap que je suis, je remet la même robe à chaque party parce ce n’est jamais les mêmes invités qui me voient. Il n’y a que mon conjoint qui sait et sincèrement il s’en contrefous. Une autre façon de ne pas trop dépenser.

Finalement, de quatre, je ne pense que dépenser sur l’épicerie. J’ai hâte d’avoir le temps de cuisiner des repas du temps des Fêtes. Je pense notamment à des biscuits trop sucrés qui sont habituellement bannis de mon alimentation. J’ai également envie d’essayer la tourtière au millet de Jean-Philippe,  elle me fait de l’oeil !

J’aime toujours le temps des Fêtes car c’est l’occasion de récapituler l’année, de faire le point sur mes objectifs et d’en formuler de nouveaux ! J’ai tellement hâte à 2018!

Publicités

Mon expérience avec le Depo Provera

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cet article. Notamment car ce texte sera en majorité négatif et que j’ai toujours été quelqu’un qui prône la positivité et les bonnes ondes dans la vie. Donc si vous n’avez pas besoin de ça dans votre vie, n’hésitez pas à quitter cette page ;).

Aussi, je suis une scientifique dans l’âme. Pour moi, les recherches, études et données probantes ont un poids beaucoup plus lourd que l’opinion générale des gens. Je le crois encore fermement, que la science est LA seule voie. Mais là, j’ai besoin de dire une opinion, un témoignage qui va à l’encontre de ce que je prône. Je vais carrément basher le Depo Provera.

 Tout d’abord, il faut savoir que j’ai commencé à utiliser la contraception hormonale dès mes 16 ans, car j’étais tannée d’avoir un cycle irrégulier. Je trouvais aussi que c’était royalement cool pis que j’avais l’air adulte tsé. J’ai utilisé Alesse pendant de nombreuses années sauf que j’ai toujours eu de la difficulté à prendre la pilule régulièrement. Je l’ai oublié dieu sait combien de fois et par chance, je ne suis jamais tombée enceinte.

J’ai aussi utilisé pleins de moyens différents dont le timbre et le « ring ». Je souffrais souvent de migraines, le genre que si je n’agissais pas dans l’heure pour les soulager, que je vomissais ma vie. J’ai d’ailleurs de mémorables souvenirs ou j’ai vomi au travail car je n’avais pas eu le temps de prendre mes advils+café+noirceur habituels.

Mon gynécologue m’a proposé Micronor, une pillule qui contient des hormones différentes que Alesse. Ça m’a beaucoup aidé pour mes migraines. Par contre, ça a considérablement augmenté mon niveau de stress puisque cette pilule doit absolument être prise à la même heure chaque jour. J’avais beau mettre une alarme sur mon téléphone, je finissais toujours par faire des ratés, genre oublier de l’amener dans ma sacoche si je sortais. Pour moi et mon conjoint qui ne désiraient pas de marmaille à ce moment, c’était assez ordinaire comme stress. Surtout que je n’étais pas menstruée avec Micronor donc je m’amusais à faire des tests de grossesse à chaque semaine.

Me vint l’idée de rechercher sur le Depo Provera. Je me suis dit que si je n’étais pas capable de prendre une foutu pillule à chaque jour, je pourrais aussi bien me l’injecter qu’à chaque trois mois. Fini les problèmes, fini le stress !

C’est en janvier 2017 que j’ai eu ma première injection. Ou plutôt que je me la suis injectée moi-même, car je suis badass de même (j’ai juste faillit tomber dans les pommes la première fois). Sincèrement, je n’ai rien constaté d’anormal. On m’avait dit que j’allais engraisser, devenir folle ou avoir mes règles non stop. Rien de tout ça m’est arrivé, j’étais pleinement satisfaite.

Ce n’est seulement à ma troisième injection, en septembre dernier, que les problèmes ont réellement commencé. N’importe qui pourrait dire que ce n’est pas le médicament qui est en cause. Mais sachant que mes symptômes ont commencé peu de temps après cette injection, je jette le blâme sur le Depo Provera.

Tout d’abord, j’ai commencé à feeler weird. Je me sentais malade: j’étais vraiment fatiguée, nauséeuse à rien, vertiges, j’avais des bouffées de chaleur et j’ai fini par avoir mal à gorge. C’est bien normal d’être malade, mais dans mon cas ça durait depuis 2 semaines. J’ai décidé de consulter après que les nausées me réveillait la nuit et que je faisais de l’insomnie. Évidemment j’avais fait des tests de grossesses qui se sont tous avérés négatifs.

Le charmant médecin qui m’a accueilli en clinique sans rendez-vous m’a carrément rit dans face. Que je consultais probablement que pour un virus et que j’exagérais. Que j’étais probablement le type de patiente hypocondriaque qui consultait à rien. Alors que je n’ai pas de médecin de famille et que la dernière fois que je suis allée en clinique, c’était il y a 4 ans pour une infection urinaire très avancée et on m’a dit que j’aurais du consulter plus tôt. Je ne vais jamais chez le doc.

Il m’a donné une consultation en psychothérapie avec comme diagnostic : Trouble d’anxiété généralisée. J’en étais royalement insultée. Et attention, ça n’a rien avoir avec le trouble d’anxiété en tant que tel. C’est un diagnostic réel qui handicape la vie de bien des gens. J’ai fait des stages en psychiatrie calvaire, je sais c’est quoi et je sais pertinemment que ce n’est pas mon problème. J’ai toujours été de nature anxieuse mais je n’ai pas de TAG. Étant infirmière, j’ai tout de suite compris quel genre de médecin auquel j’avais affaire. Il avait son idée et m’a jamais laissé le temps de piper mot, awaille, débarasse fille. Je suis sortie frustrée de ne pas au moins avoir la chance de discuter avec lui d’une éventuelle autre raison à mon problème, soit des effets secondaires du Depo Provera. J’ai au moins fait des prises de sang mais notre système étant ce qu’il est, je n’ai jamais eu de nouvelles.

J’ai recherché les effets secondaires et les témoignages de fille sous Depo Provera. J’en suis tombée à la renverse. Beaucoup de mes symptômes étaient les mêmes. Car non seulement j’ai eu ma passe d’être nauséeuse 24h/24 qui a heureusement disparu en octobre, mais j’ai eu d’autres désagréments qui ont persisté malheureusement.

Numéro 1: la fatigue. J’ai quasiment le goût de dire que ça en est ridicule. Je suis fatiguée à la journée longue. Que j’ai dormi 5 ou 12 heures, ça ne change rien. Que je mange full bio ou des cochonneries, ça change rien. Que je fasse de l’exercice ou pas, vous le devinerez, ça ne change rien.  Je fais ma journée de travail et à 16h00 j’ai juste envie d’aller me coucher. Je me couche depuis les dernières semaines à 19h30 pour vous donner une idée. J’ai jamais été comme ça.

Numéro 2: les changements d’humeurs. Parfois, de nowhere, j’ai une soudaine envie de pleurer qui me prends pour aucune raison valable. J’ai de la difficulté à digérer les conflits au travail. Une niaiserie va m’affecter et me suivre tout au long de la journée. Avant j’étais en mesure de dealer avec ça et maintenant, beaucoup moins. Même si ça ressemble beaucoup à des signes d’une dépression, je sais que ça ne l’est pas. Car mes sautes d’humeurs ont beaucoup diminuées comparé à septembre. Après mon injection, j’étais down et abbatue à chaque maudit week-end, souvent après ma semaine de travail. Je ne voulais plus rien faire ni voir personne. En ce moment, je suis pas au top mais je suis beaucoup mieux.

Numéro 3: perte d’intérêt. C’est sûr que si je suis fatiguée et d’humeur négative, je perds de l’intérêt dans ce qui me tiens à cœur. Je ne fais rien de mes journées et ce qui m’allumais avant (genre mon potager) ne m’attire plus. Je veux juste dormir. Tous mes projets personnels sont en pause en ce moment. Ce qui habituellement me donne du plaisir m’en donne, mais pas autant qu’avant. Comme si je regardais la vie mais que les couleurs sont fades. Encore une fois, ça va beaucoup mieux en ce moment et je ne suis pas suicidaire non plus (simplement pour pas inquiéter personne).

J’ai décidé de ne PAS reprendre ce médicament afin de voir si je vais aller mieux, si je vais redevenir la Sorcière Frugale d’avant. J’ai également décidé de cesser toute hormone. Ça fait 12 ans que je suis sur contraceptifs hormonaux et je veux un break. Je pense que j’en ai bien besoin!

J’espère également que mes symptômes vont disparaître dans les prochains mois. J’ai lu que ça peut prendre des mois avant que mon corps élimine toute trace du Depo Provera. S’il n’y a pas d’amélioration, je vais retourner consulter, c’est clair !

Bref, j’ai décidé d’écrire ce témoignage afin de voir si je ne suis pas la seule à vivre ce calvaire. Que même si j’ai lu l’information sur ce médicament, que j’ai pris un choix éclairé, je le regrette… 😦

Qu’avez-vous acheté pour le fameux Black Friday?

Même si je suis absolument pour la réduction de notre consommation, j’achète toujours quelque chose au Black Friday, c’est inévitable. Mon mot d’ordre? Modération. L’an passé j’avais acheté du maquillage de chez Maison Jacynthe que j’aime bien et utilise (mais pas assez souvent !).

Cette année, j’attendais avec impatience la collection des Fêtes de Davids Tea. Pour une seule saveur, celle nommée Secret du Père Noël. Je me suis vraiment calmée avec le thé. Avant, je pouvais facilement me commander 50$ à chaque mois, avec 6000 échantillons et sachets dans le garde-manger. Maintenant, je me limite à quelques sortes et je n’achète que lorsque mes cannes sont vides.

santas-secret-10205_s

Étrangement, je déteste la menthe et les cannes en bonbon et il y en a dans Secret du Père Noël… Mais je suis littéralement fan de cette saveur, j’en bois à chaque jour pendant le temps des Fêtes et je le savoure aussi en hiver. J’ai renfloué les stocks avec un 30% de rabais.

Second achat et le dernier, une nouvelle Fitbit !

612sqbmwiNL._SL1340_

Une Fitbit est totalement inutile à ma vie et peut-être pas vraiment le meilleur achat frugal. Mais je suis une nerd des chiffres. J’adore savoir mes statistiques personnelles, savoir combien de pas je fais en une journée, si je dors bien ou pas (je suis somnambule), donc je me suis gâtée. Je dis bien nouvelle, car ma première est morte en septembre :(. J’ai attendu le Black Friday pour l’acquérir !

Alors voilà, pas vraiment dans un aspect minimalisme qu’on achète rien, mais je ne pouvais m’empêcher de profiter des rabais. J’avais déjà préparé tout cela dans mon budget, en tant que budget freak ;).