Prévenir plutôt que guérir : le budget

Prévenir plutôt que guérir.. Un proverbe que l’on utilise souvent lorsque l’on discute de notre santé physique ou mentale. Mais qu’en est-il de notre santé financière? Est ce que ce proverbe s’y applique? Et comment ! C’est d’ailleurs ma devise préférée quand je me demande si tout ce que je fais, tout ce que je sacrifie pour vivre frugalement a un sens.

Lorsque l’on désire prévenir l’embonpoint, on met en branle de nombreuses actions afin de l’éviter, comme faire de l’exercice quotidiennement et avoir une alimentation saine. Si l’on veut prévenir l’endettement, on doit également faire des actions pour l’éviter ! En voici quelques unes :

Faire un budget

Créer son propre budget est la première étape (selon moi), d’une santé financière épanouie. En effet, comment se fixer des objectifs si l’on ne sait même pas combien l’on gagne et où va notre argent?

Quand j’ai créé mon premier budget, j’ai tout d’abord imprimé mes relevés bancaires du mois précédent ainsi que TOUS mes relevés de cartes de crédit. J’ai inscrit sur une feuille les différentes catégories de mes dépenses, comme l’épicerie, l’essence, les assurances, l’entretien de la voiture, les loisirs, les sorties au restaurant, etc. J’ai TOUT calculé, jusqu’au moindre sou. C’est long à faire, mais c’est très important.

Puis, j’ai calculé mon revenu mensuel net du mois et j’ai comparé avec le total de mes dépenses. J’ai constaté avec étonnement que mes dépenses dépassaient de loin mon revenu et ce, depuis plusieurs mois. Pas étonnant que j’ai réussi à accumuler près de 6-7000 de dettes en peu de temps. Ça a été la douche froide qui m’a choqué et motivé à me sortir de l’endettement.

Je suis revenu à mes dépenses mensuelles et j’ai du faire des choix. J’ai changé mon forfait de cellulaire, cessé mon abonnement de télévision (pas internet, je ne peux vivre sans cela), appris à cuisiner à la maison, arrêté d’aller au restaurant pour du café, commencé le couponning à l’aide du site Onmagasine, dit adieu à ma pose d’ongle mensuelle et pleins d’autres trucs frugaux pour diminuer mes dépenses. Certains choix étaient plus facile que d’autres, mais j’ai tenu bon. Par chance, mon conjoint a été très compréhensif et m’a aidé sur quelques points, comme vivre chez lui à peu de frais. Si je n’avais pas eu cette chance, j’aurais probablement déménagé chez mes parents ou dans un appartement moins cher.  J’ai augmenté mes revenus en faisant du temps supplémentaire à gogo. Toutes mes dépenses étaient surveillées et chaque dollard de surplus allait sur mes dettes. Au lieu de me réjouir en ayant fait 50$ de plus sur ma paie et me demander comment j’allais le dépenser, je devais le mettre sur mes cartes de crédit ou ma marge de crédit.

Je me suis rendue compte que payer mes dettes était très frustrant. Je  travaillais d’arrache-pied pour payer des dépenses (la plupart inutiles) faites depuis des mois. C’est à ce moment que j’ai compris la vraie valeur de l’argent et comment mon attitude face à mes finances avait été stupide. J’ai encore des hauts et des bas mais globalement, j’ai acquis une discipline face à mes envies de surconsommation et j’en suis fière.

Quand j’ai enfin payé toutes mes dettes, en limitant au maximum mes dépenses, ce fut une libération. Mon budget mensuel m’a aidé tout le long de ce processus fastidieux. Je le changeais fréquemement, mais il m’a appris à distinguer mes envies de mes besoins réels. Je visais x montant pour une catégorie définie et devait m’y tenir. Lorsque je passais devant un Tim Horton (ma bête noire), je me rapellais que je n’avais pas les sous pour cela. Baisser ma facture d’épicerie devint un défi amusant qui me fit beaucoup économiser.

C’est bien beau tout ça, mais comment se servir d’un budget?  Voici ma méthode personnelle. Rien ne vous oblige à créer la votre selon vos besoins.

1. Mon budget est calculé selon quatre catégories de dépenses :

Les dépenses obligatoires

– Ces dépenses mensuelles sont inévitables et je dois m’assurer de les payer en priorités. Le loyer, l’électricité, l’épicerie, l’essence, les assurances entrent dans cette catégorie.

Les dépenses occasionnelles

Mes plaques de voitures, mon permis de conduire, mon permis de pratique, les frais d’entretien de ma voiture,la visite annuelle chez le vétérinaire pour mes animaux sont des dépenses obligatoires, mais qui sont occasionelles. Elles arrivent souvent une fois par année et leur montant est généralement fixe. Le montant total de ces dépenses est estimé puis divisé en douze et ajouté à mon budget mensuel. Le montant par mois est déposé dans un compte nommé « crock-pot » et lorsqu’une dépense occasionnelles se présente, je n’ai qu’à piger dans ce compte pour la payer. Il arrive parfois que je n’y touche pas pendant des mois, mais l’argent s’accumule et est prêt à être utilisé lorsque c’est le temps.

Les dépenses de « luxe »

Ces dépenses-ci sont considérées de luxe car je peux les éviter en cas de disette monétaire. Ce n’est pas agréable, car ce sont souvent des dépenses associées à mes loisirs: cellulaire, télévision, sortie entre amis, vêtements, etc. Elles seront sacrifiées en premier si besoin il y a. Je me fixe un montant raisonnable par mois et ne le dépasse pas. Si par exemple je n’ai pas dépensé le 30$ alloué pour des sorties, il sera déposé dans mon compte « crock-pot ». Ainsi, si le mois d’après j’ai envie de trois sorties à 20$, l’argent sera déjà amassé.

Les épargnes

Les épargnes pour une maison, une voiture ou même un voyage rentrent dans cette catégorie. Je les inclus dans une catégorie de dépenses même si c’est  sur le long terme (quelques mois à années).

NB: Avec ces quatres catégories, mes dépenses sont égales ou presque à mes revenus. Chaque dollar a son utilité et je n’ai pas de marge de manoeuvre.

Quoi faire alors en cas de dépense imprévue, comme un pneu crevé ou une urgence vétérinaire? La solution est de se créer un fond d’urgence. Le mien est de 1000$. Dès que je n’ai plus eu de dettes, j’ai économisé tous mes surplus d’argent pour le créer. Je m’en suis servi quelques fois au cours de l’année précédente et j’étais bien contente de l’avoir.

2. Me payer en premier lors du jour de paie

Lorsque je recoie ma paie, je garde de côté le montant total de mes dépenses obligatoire et la balance est déposée dans mes divers comptes d’épargnes. Sauf pour le compte « crock-pot », aucun sous ne peut être retiré de ces comptes. Il ne me reste souvent un montant juste suffisant pour passer à travers les deux semaines suivantes. Je ne peux dépenser cet argent en futilité, puisque je n’aurais plus assez pour l’épicerie ou l’essence. J’agis ainsi même si je sais pertinemment que j’ai beaucoup plus en réalité. C’est là que la discipline entre en jeu. C’est difficile au début, mais tellement payant par la suite !

Pourquoi? Car je ne suis plus stressée face à l’argent. Je sais dissocier mes besoins réels de mes envies. Je me gâte de temps en temps, mais pas à outrance. Je vais pouvoir me payer cash ma prochaine voiture, mon prochain voyage. J’ai le contrôle de mes finances grâce à mon budget ! 😀 Prenez note que tout ceci n’est pas arrivé chez moi en un claquement des doigts mais plutôt par étapes progressives. Allez-y à votre rythme et selon ce que vous désirez. Je suis « intense » selon mon conjoint mais la perfectionniste en moi aime cela et n’en ressent pas d’émotions négatives.

Publicités

3 réflexions sur « Prévenir plutôt que guérir : le budget »

  1. Bravo pour tout le chemin parcouru! Ton explication d’un budget est si simple et facile à appliquer. J’ai été élevée de cette façon; mon père a toujours fait un budget. Il avait des enveloppes pour chaque poste de dépense (on remonte à loin, là ;o) et il y divisait sa paie à chaque semaine. J’étais donc une enfant lorsque j’ai appris la valeur de l’argent car il me l’expliquait, et j’ai commencé à faire un budget dès l’âge de 16 car j’étais déjà en appartement à cet âge et je n’avais vraiment pas beaucoup de sous. Je recommanderai la lecture de ton article car je connais vraiment beaucoup de gens qui en ont besoin, un besoin criant, même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s