Quand le jeu en vaut la chandelle pour Sorcière Frugale (partie 1)

Tous ceux qui sont retraités jeunes disent la même chose: on doit faire des sacrifices dans notre société de surconsommation afin d’économiser. Parfois, on doit s’auto-infliger un certain niveau d’inconfort afin d’atteindre nos buts ou de se sortir du rouge.

C’est exactement ce que je m’apprête à faire dans les prochaines semaines et je ne sais pas si je vais réussir!

J’ai bien commencé l’année en 2018. Je me retrouve sans voiture, majoritairement parce que les assurances m’ont donné un délai de 48 heures pour m’en trouver une autre et sans me donner le chèque qui équivaut à la valeur de ma défunte Corolla 2012. Puisque je travaillais de soir, les fins de semaine, trouver une remplaçante à ma voiture était quasiment impossible. Mon conjoint m’a proposé qu’on partage sa voiture le temps que j’épluche les annonces sur kijiji.

Sauf que, entre temps, j’ai reçu le montant d’argent de mes assurances, qui excédait ce que à quoi je m’attendais. Et que mon conjoint m’a proposé l’idée la plus farfelue qu’il ait jamais prononcé: « Et si on ne prenait que mon véhicule pour quelques mois? ». Ma mâchoire s’est décrochée et a tombé par terre.

Le contexte:

Mon conjoint s’achète une voiture électrique neuve, au printemps. Une Leaf 2018 pour les curieux. Il désire depuis longtemps une voiture électrique et avait même fait une réservation pour la Tesla 3. Or, comme les délais pour la Tesla sont trop longs pour mon  fiancé, il a décidé de s’acheter la Leaf en attendant sa Tesla.

Il a une Civic 2007 depuis qu’on se connait. Il l’a acheté usagé, l’a payé rapidement et l’a gardé. C’est d’ailleurs ce qui lui a permis d’économiser pour sa Leaf; il a continué à faire ses « paiements » et à mettre l’argent de côté. J’appelle souvent mon amoureux M. Pasfrugal mais je pense que je devrais le renommer ;).

Enfin bref, dans 3-4 mois, il devrait recevoir sa Leaf. Et devoir se départir de sa Civic. Elle n’a pas une trace de rouille, moins de 200 000km à l’odomètre, fiable depuis toujours mais quelques problèmes (genre l’air climatisé ne fonctionne plus et la peinture fait des drôle de designs). Et moi, je n’ai besoin que d’une voiture pour faire maximum 20 minutes de route par jour.  Vous voyez où je veux en venir? Je vais vouloir lui acheter le temps venu. Cela me permettrait d’économiser beaucoup d’argent. Assez pour éradiquer mon prêt personnel et en avoir assez pour acheter la Civic.

Mais.. MAIS! Pour cela, je dois faire un sacrifice que je considère énorme. Je dois vivre sans véhicule. Bien que mon travail soit à 10 minutes de route de mon domicile, y aller en transport en commun me prend 60 minutes, voir plus. Donc je vais devoir refaire 2h+ de trajet par jour, ce que je considère horrible. Je peux y aller à vélo, mais c’est environ 1h30 par jour; je veux tenter l’expérience mais PAS en hiver, ça non. Et je vais devoir le faire graduellement car je ne suis pas assez en forme pour le faire 5 jours/semaine.

Il me reste Uber ou le taxi, mais à 20$+ la ride, je préfère rester avec le transport en commun. De plus, pour compliquer la chose, mon conjoint travaille jour/soir/nuit en rotation et moi, je suis aussi appelée à travailler sur les trois quarts. De quoi rendre le covoiturage un véritable casse-tête ! Pour l’instant, celui qui travaille prend l’auto et l’autre doit vivre sans. Par chance, j’ai accès à des services essentiels à 20-30 minutes de marche ou avec l’autobus local (qui est gratuit, fiou). C’est faisable, mais avec des sacrifices en temps.

On dit souvent à coeur vaillant rien d’impossible. J’embarque dans ce projet fou. Le fait que on le fait à deux et qu’on est motivé m’aide aussi. Je vais sacrer, maugréer, chialer probablement, mais je dois me répéter que… Le jeu en vaut la chandelle!

À suivre dans les prochaines semaines !

Publicités

Planifier son potager de printemps (partie 1)

La plupart des jardiniers font des plans pour une seule saison, celle d’été. Je suis des groupes Facebook sur le jardinage et je suis étonnée de voir les mythes qui sont encore bien ancrés, tel qu’on ne peut rien planter en terre avant la pleine lune de mai-juin (sérieux WTF!).

Or, si vous voulez obtenir le maximum de votre potager, vous pouvez très bien en planifier un de printemps, un d’été et un d’automne/hiver. Ça se fait avec une méthode stratégique et si dame nature coopère. En 2016, lors de ma première expérience, j’ai réussis à cueillir de la salade de mai à décembre. En 2017, malheureusement mes semis ont été dévorés et j’ai décidé de ne pas tenter un potager d’hiver par manque de temps. Mais en 2018, je veux vraiment tenter d’avoir des récoltes le plus tôt  ET le plus tard possible. Je dois donc dès maintenant prévoir mon potager en conséquence.

Pour cela, je fais ce qu’on appelle de la culture intensive. Attention, vous allez voir mes extraordinaires talents comme graphiste.

Ici, ce que je vois lorsque les gens planifient leur potager et qu’ils plantent tout en même temps, au mois de juin.

erreur 1.png

Voici ce que je fais: dès AVRIL, je plante dans le jardin (si la terre est un peu dégelée, même quelques cm c’est parfait). Mais je plante seulement des variétés qui aiment le froid:

printemps 1

Je calcule également le nombre de jours jusqu’à maturité, très important. Pourquoi? Parce que dès que mes radis sont près à 30 jours, je plante tout de suite quelque chose par la suite. Si j’ai planté mes radis à la mi-avril, à la mi-mai je peux planter des plants qui aiment mieux la chaleur, comme les haricots, ou replanter des carottes afin d’en avoir petit à petit au cours de la saison et non pas tout en même temps.

printemps 2

Bon désolé pour les images, vous comprendrez que les arts plastiques au secondaire, c’était pas ma matière forte. Mais déjà, en appliquant ce principe, vous doublez votre superficie du potager car vous l’utiliser au minimum 2 fois dans la saison. Évidemment, vous pouvez tripler le plaisir et faire un potager d’automne en suivant le même principe!

Voici des exemples de mon potager l’an passé:

27mai
Des bokchoy au mois de mai! Pas besoin d’attendre la pleine lune !
4juin
Ici j’avais semé le 23-24 avril, 6 semaines plus tard je peux cueillir mes jeunes pousses de salade !
25 juin
Fin juin, j’ai tellement de verdure au potager ! C’est bientôt la fin avec les chaleurs qui arrivent…

Peu à peu que les plants de printemps atteignent leur maturité, je plante mes semis d’été, comme les tomates, courges, concombre, haricots, etc. Choisissez des variétés de printemps qui ont une maturité rapide afin de libérer de l’espace rapidement. Pour la salade, je m’en fous un peu car souvent je sème densément et je cueille les jeunes pousses; dès que j’ai besoin de la place je la prends !

Dans quelques semaines, je vais faire un tableau récapitulatif des plants qu’on peut semer au printemps, tout dépendant de notre dernière date de gel au sol :). J’le sait bien qu’il fait -450 degrés en ce moment mais rien de mieux que de se préparer l’hiver pour entamer au printemps la saison du jardinage !!

Comment bien commencer l’année version Sorcière Frugale *sarcasme*

31 décembre, c’est le réveillon chez des amis. Moi et mon fiancé passons une excellente soirée, qui s’est étirée jusqu’à 5 heure du matin. C’est bien parce que c’est juste une fois par année et probablement notre dernier réveillon entre amis (les enfants commenceront probablement à faire leur apparition en 2018) qu’on a fait les fous et qu’on s’est couchés à 6h du matin.

J’avais un souper des Fêtes chez mon père le 1er au soir. Je vois rarement ma famille et j’attendais avec impatience cette soirée! Donc, après un petit dodo de 6h et la pensée que le retour au travail sera difficile le lendemain, on se prépare pour notre soirée.

Je propose de conduire, les conditions de route sont pas si pires pour notre trajet vers la rive-nord de Montréal. Il faut savoir que je conduis comme une tortue, à 80-90 km/h et ce, toujours dans la voie de droite. Conduire comme une grand-mère me permet d’économiser sur l’essence et de ne pas stresser.

Sur l’autoroute, je remarque au loin les gyrophares d’une voiture de police. Je me déplace dans la voie du milieu et me prépare à ralentir. Les voyeurs qui veulent voir l’accident qui vient de se passer ralentissent tellement, que je dois m’immobiliser.

C’est alors que je remarque que la voiture en arrière de moi ne semble pas ralentir, ou du moins, pas assez rapidement.  Je vois la torpille arriver et ne peut réagir. Je cris d’impuissance et la voiture vient me frapper à l’arrière. C’est un choc.

Ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’un deuxième conducteur vienne nous percuter et ce, beaucoup plus violemment. L’impact est tellement fort que je rentre dans la voiture en avant de moi.

L’adrénaline et la peur me figent, les larmes me piquent les yeux. Mon conjoint, habitué à réagir en cas d’urgence, m’intime de me ranger sur le côté. Ce que je réussis à faire. Lui sort déjà dehors pour vérifier s’il y a des blessés et pour mettre tout le monde en sécurité. Je reste seule à gémir et finalement je reprends le dessus sur moi-même. Vite vite, personne n’est blessé gravement et c’est ça l’important.

Je sors pour constater les dégâts. Ma pauvre Corolla a totalement été emboutie à l’arrière et l’avant n’est pas en meilleur état. On pense peut-être à une perte totale.

26112049_10155750305726023_8069003404276101867_n.jpg

Je ressens une douleur au cou et dans le dos. On ne préfère pas prendre de chance et je me rend à l’hôpital en ambulance. Au lieu de passer ma soirée à fêter et complimenter mon père sur son excellente cuisine, je dois rester à plat dans une civière, avec le collet cervical inconfortable.

Je me répète que ça pourrait être pire. Qu’on pourrait être blessés plus gravement. Je remercie le ciel de ne pas avoir amené notre chien, qui aurait pu être blessée dans l’accident ou pire. Mon fiancé réussit à me faire rire et rendre l’attente moins longue en attendant de voir le résultat des radiographies. Finalement, quelques heures plus tard, je n’ai rien de cassé mais je m’attends à des courbatures sévère, je peux rentrer à la maison!

Au moment où j’écris ces lignes, j’ai encore de bonnes douleurs mais rien de grave. Les anti-inflammatoires font leur travail et je devrais être en mesure de reprendre le boulot bientôt. Par contre, je suis inquiète pour ma voiture, je dois m’attendre à des nouvelles la semaine prochaine.

Si ma voiture est effectivement une perte totale et que mes assurances remboursent la valeur du véhicule, j’hésite à m’acheter quelque chose qui vaut un peu moins, afin d’éviter de m’endetter plus encore. Ou louer une voiture en attendant le printemps; mon conjoint s’achète une voiture électrique en mars-avril et pourrait me léguer sa Civic 2007. Elle fait dur un peu mais puisque je ferais moins de 10 000 km/an avec, ça serait parfait.

Enfin, à suivre.. Mais belle façon de commencer 2018…….